La flat tax (taux d’imposition de 30% dont 12,8% au titre de l’impôt sur le revenu/ 17,2% de prélèvements sociaux), dès l’année prochaine, sera appliquée aux dividendes qui seront donc taxés au titre de l’impôt sur le revenu, à un taux forfaitaire de 12,8%, vs  0 à 45% actuellement, après abattement de 40%.

Aussi, je me suis livré, pour le Magazine Capital, à un exercice chiffré d’optimisation. Les dirigeants propriétaires, en termes de rémunération peuvent panacher leurs revenus en mêlant rémunération soumise aux cotisations sociales et versement de dividendes soumis à l’IS, aux cotisations sociales puis au barême de l’impôt.

Je vous invite à découvrir l’étude de 3  cas distincts de dirigeants, imaginés mariés et sans enfant afin de mettre en lumière des calculs d’optimisation de la rémunération :

  • Cas 1 :  un dirigeant non salarié se situant dans des tranches modestes
  • Cas 2 : dirigeant dans des tranches proches de la moyenne
  • Cas 3 : dirigeant dans des tranches favorables

16/11/17 : lire l’article